Arquivo do blogue

segunda-feira, 8 de julho de 2019

Don Divo Barsotti. Méditations pour le Vendredi Saint


Vendredi saintPremière méditation
La souffrance de Jésus continue en nous, mais en même temps la gloire de sa résurrection est rendue présente en nous.
Le mystère que nous célébrons propose à notre méditation un des thèmes fondamentaux mais aussi des plus déconcertants du christianisme. Dans l'Ancien Testament, le mal moral n'était pas distinct du mal physique. Tout était appelé "mal" ; cependant, même si l'on parlait indifféremment de l'un et de l'autre, une distinction était implicite. Pour nous chrétiens, la distinction est si claire, si absolue que nous voyons le mal physique comme le moyen le plus efficace choisi par Dieu pour détruire le mal moral. Le Fils de Dieu meurt sur la Croix, accepte de souffrir dans son corps et dans son âme tous les tourments pour le salut de l'homme et ce salut est la rémission du péché (le mal moral) ; cette perspective nous dit maintenant la grandeur de la souffrance. Nous devons le dire entre guillemets, mais nous devons le dire : "le bien" de la souffrance dans l'économie chrétienne, parce que ce que Dieu a choisi une fois, il l'a choisi pour toujours et encore aujourd'hui il reste vrai que de la souffrance humaine vient le bien.Note : il n'importe même pas de souffrir pour Dieu, dit saint Jean Chrysostome ; la souffrance comme telle a toujours un prix. Il est entendu que si la souffrance nous conduit à la rébellion contre Dieu, elle devient la raison d'un mal moral et alors il est clair que cela ne peut plus être dit ; mais dans la mesure où la souffrance, même si elle n'est pas vécue pour Dieu, n'est cependant pas une raison du mal moral, cette souffrance a toujours une valeur rédemptrice, c'est-à-dire, elle a la valeur suprême que peut accomplir toute action humaine. Et plus notre action est efficace, plus nous sommes passifs, plus nous souffrons du mal du monde. C'est un enseignement déconcertant, difficile à accepter, car notre nature réagit à la souffrance avec une certaine répugnance instinctive et un certain rejet instinctif. Mais le fait de cette réaction instinctive n'enlève rien à la grandeur de la souffrance. Avant de commencer sa Passion, il priait le Père : "Père, s'il est possible, éloigne de moi cette coupe". La liturgie de l'Église russe donne la plus haute preuve de cet enseignement, en célébrant comme saints ceux qui ont subi une mort violente, même s'ils ne l'ont pas soufferte pour le Seigneur, directement ou indirectement.Tout cela nous dit comment, en fait, le mal du monde, je ne dis pas péché, mais le mal du monde, la souffrance des hommes, rend la Passion de Jésus présente encore aujourd'hui. La présence suppose que nous sommes investis par Lui, pénétrés par Lui, possédés par Lui, devenus un avec Lui ; elle suppose, comme je le disais hier, une certaine immanence du Christ en nous et de nous en Christ. Une immanence semblable à la présence du Père dans le Fils et du Fils dans le Père : que dit l'Hymne des Laudes du matin ? "In Patre totus Filius et totus in Verbo Pater". C'est l'immanence des Personnes Divines. Le Père est totalement dans le Fils, le Fils est totalement dans le Père. Ainsi, la Présence dans le mystère chrétien implique que le Christ est en moi et que je suis en Lui. Mais de quoi a besoin cette présence du Christ en moi et de moi en Lui ? Évidemment, pour nous qui vivons dans une nature que l'on peut faire tenir debout, cela exige la présence de la douleur, la présence de la croix. Elle exige, et exigera, jusqu'à la fin du monde, la présence de la souffrance humaine. De quoi le Seigneur nous a-t-il rachetés ? La parole de Jésus qui a donné un sens à sa mort le dit de la manière la plus catégorique. Que dit Jésus lorsqu'il donne un sens à sa mort ? si on enlève les textes de l'institution eucharistique, on peut dire avec le Bhulman que la mort de Jésus n'a pas de sens parce que c'est seulement un accident qui est arrivé au travail. C'était un révolutionnaire, un révolutionnaire qui allait à l'encontre de la pensée des scribes et des pharisiens et ils l'ont jeté dehors. Cela ne signifie pas que sa mort a un sens ou une valeur en soi. Si la mort du Christ n'est pas un accident du travail, c'est parce que Notre Seigneur, avant de mourir, a dit parce qu'il est mort, parce qu'il a versé son sang : "Prenez et buvez, ceci est le calice de mon sang pour la nouvelle et éternelle alliance, versée pour vous et pour tous en rémission des péchés". C'est le mal moral que le Seigneur veut détruire. La Rédemption apportée par le Christ est fondamentalement et essentiellement la libération de cette séparation de Dieu, de cette opposition avec Dieu que le péché a créée. Et cette libération de l'opposition, le Christ l'a obtenue par sa mort.

        Cette présence du mystère chrétien, si nous parlons de présence, suppose notre propre mort, suppose notre propre souffrance, notre passion. Alors vous voyez la grandeur de la souffrance humaine, alors vous pouvez comprendre l'importance, la valeur, l'efficacité irremplaçable de la souffrance humaine... O Crux, ave spes unica...""O Croce, unica speranza, ti saluto !"La croix de Jésus, oui, mais elle est votre croix ! Y a-t-il une différence ? Dans la mesure où le Christ est présent pour vous, il n'y a pas de différence. C'est dans la mesure où vous n'êtes pas en Christ qu'il y a une différence. Mais nous sommes tous en Christ. S'il n'y a pas d'opposition déclarée au Christ Seigneur par le péché, même ceux qui souffrent inconsciemment sont déjà en Christ. Ce n'est pas en vain, ce n'est pas inutile, mais c'est efficace, parce que c'est la souffrance du Christ. Je suis en Christ, je suis en Christ par le Baptême et aussi indépendamment du Baptême parce que l'Incarnation de la Parole atteint toute la nature humaine. Bien sûr, tout cela est vrai pour ceux qui, n'ayant pas leur propre volonté, ne pouvant pas avoir conscience du mystère chrétien, ne s'opposent pas à ce mystère. C'est pourquoi l'Église catholique célèbre aussi la fête des Saints Innocents, même s'ils ne savaient pas non plus qu'eux-mêmes ou leurs parents mouraient pour le Seigneur. Notre Seigneur a renversé toutes les valeurs ici aussi. Hier, on parlait d'un renversement des valeurs, mais le renversement maximal des valeurs est ici même : l'acte suprême de la vie du monde est une mort soufferte, acceptée par amour, il y a des saints qui ont souffert de ne pouvoir souffrir. Il y a des saints qui n'ont trouvé leur joie que dans la souffrance. Est-ce quelque chose de morbide ou de malsain ? Cela peut aussi être parce que notre nature ne peut instinctivement pas réagir à la douleur si ce n'est en la rejetant. Mais si, dans la foi, l'âme comprend que plus que tout, non seulement son salut, mais le salut du monde peut dépendre de sa douleur et de sa souffrance, alors elle n'est plus en mauvaise santé. Ceci explique certaines pages impressionnantes et un peu effrayantes, de Sainte Véronique Giuliani, qui ne s'est jamais contentée de souffrir assez. Je ne vous demande pas d'en arriver là, mais de comprendre le plan divin. Dieu est toujours Celui qui, du mal de l'homme, sait tirer un plus grand bien, afin que l'Église puisse chanter précisément pendant la Veillée pascale : "O vere necessarium Adae peccatum". "O péché vraiment nécessaire d'Adam qui a été détruit par la mort du Christ. Et il peut chanter à nouveau : "O felix culpa quae talem ac tantum meruit habere redemptorem". "Dieu gagne toujours, et nous ne pouvons pas reprocher à Dieu d'avoir laissé la douleur dans le monde ; nous ne devons pas nous rebeller contre Dieu, si le Seigneur nous fait participer dans une certaine mesure à la souffrance, parce que dans la vie présente, la Présence du Christ en nous qui vivent dans une nature responsable, ne nous fait pas participer déjà maintenant à la gloire de la Résurrection, mais nous fait participer à sa vie responsable, c'est-à-dire dans son aptitude à souffrir. Quand nous faisons les vœux perpétuels, nous remettons une croix nue à celui qui la prend et dit : "Voici le thalamus de votre mariage avec le Christ" ; notre union avec le Christ se fait sur la Croix.je vous demande une chose avant de continuer la méditation, je vous demande de remercier Dieu maintenant pour les souffrances que vous avez endurées ; non pour ceux qui vont venir mais pour ceux que vous avez déjà vaincu. Remerciez le Seigneur pour cela. Il t'a uni à Lui-même, Il t'a fait partager sa passion, dont dépend le salut du monde. Car si nous ne faisons qu'un avec le Christ, comme nous le disons dans notre formule de consécration : "En lui et pour lui, nous devenons tous sauveurs du monde et révélateurs du Père". Ce n'est pas presque comme si le Seigneur avait besoin de nous, mais c'est Lui qui nous associe à Lui-même, afin que, d'une certaine manière, le salut de tous puisse aussi dépendre de nous, et c'est ce que le christianisme a fait : non pas une distinction, mais presque une opposition entre le mal qui affecte notre corps et âme, et le mal moral qui est péché, alors que, pour nous chrétiens, dans l'Ancien Testament, on ne distingue pas vraiment, au moins en paroles : il est question de souffrance et il est question du péché. Les deux sont des maux, mais c'est un mal qui sauve, alors que c'est un mal qui nous condamne, et voici le mystère de la Croix qui demeure jusqu'à la fin parce que jusqu'à la fin le monde doit être sauvé. Tant qu'il y a le péché, il doit toujours y avoir la Croix, afin que la rédemption apportée par le Christ soit rendue présente. Certainement. Mais le péché, même s'il est tout racheté, est encore commis ; c'est pourquoi il est nécessaire que même maintenant le CROIX   soit présent.